ADAEV – Association pour le Développement des Activités Economiques de la Vallée de Joux

Eric Duruz

« Nous favorisons le développement par des actions concrètes »

Berceau de la haute horlogerie suisse et véritable vivier de compétences économiques et techniques, la Vallée de Joux bénéficie d’un environnement exceptionnel et d’une qualité de vie incomparable. Avec ses trois communes, elle offre 8000 emplois dont 75% dans le secteur industriel, représentant une des plus fortes progressions régionales vaudoises de ces dernières années, soit un doublement en 20 ans. Eric Duruz, directeur de l’ADAEV (Association pour le Développement des Activités Economiques de la Vallée de Joux) redéfinit pour Bien Vivre les principaux enjeux du futur et les missions de l’association.

Eric Duruz, comment intervient l’ADAEV et quelles fonctions assure-t-elle ?

L’association agit précisément là où il y a des faiblesses à compenser et pour maintenir les conditions cadre qui favorisent le développement de la Vallée de Joux. L’ADAEV assure à la fois un rôle fédérateur et coordinateur des projets et des actions. Elle favorise le développement des entreprises existantes, encourage la diversification, la création de logements et renforce la collaboration transfrontalière. Les missions de l’ADAEV sont donc multiples et variées dans cette région qui offre une qualité de vie excellente tout en hébergeant des entreprises parmi les plus innovantes du canton. L’image de marque de la Vallée de Joux est positive.

L’ADAEV s’implique donc aussi au niveau de la formation ?

En effet, l’ADAEV soutient la promotion des métiers techniques. L’Ecole Technique de la Vallée de Joux (ETVJ) est un centre de compétences et de formation dans les domaines clés nécessaires aux industries régionales. Nous favorisons les collaborations entre l’Ecole Technique et l’industrie. Concrètement, la Vallée de Joux offre des cours d’appui et de perfectionnement aux apprentis. Elle participe au maintien et à la multiplication des places d’apprentissage. Avec la fondation IDEA, elle offre une aide financière aux jeunes qui sont obligés de suivre des formations à l’extérieur de la région.

Quelles sont les particularités économiques de la Vallée de Joux ?

Deux principales richesses caractérisent la Vallée de Joux : nature et économie. Les richesses naturelles d’importance nationale bénéficient d’une très forte protection. C’est bien sûr un atout mais cela ne simplifie pas le développement économique dans les domaines de l’horlogerie et de la microtechnique dans la mesure où les terrains constructibles sont limités. Elle représente pourtant un pôle cantonal dynamique puisque ses exportations se sont élevées à plus de 1,5 milliard en 2017, soit 11% des exportations vaudoises. Une autre caractéristique de la région se trouve dans le fait de compter davantage d’emplois que d’habitants, à savoir 8000 emplois pour 6900 habitants. Enfin, les entreprises régionales sont actives au niveau mondial et participent ainsi largement à la promotion de la Suisse à l’étranger. Divers projets en cours de réalisation représentent actuellement des investissements à hauteur de plus de 150 millions de francs.

Quels sont les principaux défis aujourd’hui ?

Le fait que les exportations représentent une part majeure de l’activité implique une réelle influence de la conjoncture mondiale sur la région. Or c’est un facteur impossible à maîtriser. Parallèlement, la Vallée compte plus d’emplois que d’habitants et manque de main d’œuvre formée dans certains domaines. Les frontaliers occupent 50% des postes. D’autre part, la création d’un « Pôle Santé Vallée de Joux », regroupant l’hôpital, les soins à domicile et les soins psychiatriques, représente un défi important pour la région et son avenir.

Comment agit l’ADAEV face à ces problématiques ?

Sachant qu’une part des employés venant de l’étranger a des qualifications qui ne sont pas disponibles en Suisse, la formation constitue un levier important. Une nouvelle formation « technicien ES dans le domaine de la qualité » sera offerte par l’ETVJ dès la rentrée 2018. Du côté de la mobilité, 30% des trajets se font en covoiturage dans la Vallée de Joux, ce qui est un résultat extraordinaire. La cadence des trains et des bus devraient aussi bientôt être améliorée. Nous rassemblons toutes nos forces régionales et cantonales pour faire face aux nouvelles contraintes décidées lors des dernières votations fédérales concernant l’aménagement du territoire ou l’immigration. Ainsi, la Vallée de Joux restera un moteur économique performant.

ADAEV

Case postale 57 • CH-1347 Le Sentier

Tél. +41 21 845 90 91

adaev@valleedejoux.chwww.adaev.ch