André Losey

Syndic d’Estavayer

« Nous avons un volume de travail beaucoup plus important »

Issue de la fusion de plusieurs communes, Estavayer compte actuellement 9600 habitants. Une commune dynamique au charme authentique qui se développe tant au niveau de ses infrastructures que de l’emploi qu’elle cherche à accroître sur son territoire. Pour en savoir plus, nous avons rencontré André Losey, syndic d’Estavayer.

Pouvez-vous revenir sur votre parcours politique ?

J’ai commencé la politique en 1991 à Estavayer-le-Lac en tant qu’élu au Conseil général. Après dix ans passés au législatif, je suis entré à l’exécutif en 2001. J’ai dirigé pendant cinq ans le dicastère des eaux et épuration, puis pendant sept ans celui de l’aménagement du territoire et des bâtiments tout en étant vice-syndic. Depuis le départ d’Albert Bachmann en 2013, j’occupe la fonction de syndic.

Quel regard portez-vous sur cette commune ?

Je suis établi à Estavayer depuis 1981. C’est une belle commune, caractérisée par son excellente qualité de vie, avec son lac et ses multiples activités, ses paysages verdoyants avec la campagne environnante et ses possibilités de balades. Elle offre également tous les services dont la population a besoin. C’est une commune qui attire de nombreux habitants, avec aussi des prix des terrains qui sont plus accessibles que sur l’Arc lémanique.

La nouvelle commune d’Estavayer, effective depuis janvier 2017, regroupe sept anciennes communes. Comment s’est déroulé ce processus de fusion ?

Estavayer regroupe les anciennes communes d’Estavayer-le-Lac, Bussy, Morens, Rueyres-les-Prés, Vernay, Murist et Vuissens dont certaines ont déjà été le fruit de fusions, soit au total 13 entités villageoises et deux hameaux. En tant que chef-lieu, Estavayer-le-Lac a toujours manifesté son ouverture à la fusion. Le processus a été engagé en 2012 avec l’ancienne commune de Font suivi de l’intégration progressive d’autres entités. En juin 2015, ce projet de fusion a été soumis au vote et a été accepté à une large majorité par la population, donnant ainsi le jour à la commune d’Estavayer, effective depuis le 1er janvier 2017.

Quel changement concret en termes de gouvernance ?

Nous avons à présent à gérer un territoire cinq fois plus grand avec une population de 9600 habitants contre 6500 auparavant pour Estavayer-le-Lac. Un challenge, puisque nous avons un volume de travail beaucoup plus important. Pour le moment, cela se passe plutôt bien. Au niveau des autorités, six conseillers communaux viennent d’Estavayer-le-Lac et trois des anciennes communes et nous apprenons à nous connaître mutuellement. L’une des difficultés à laquelle nous devons faire face concerne l’aménagement du territoire. Nous avons actuellement huit règlements d’urbanisme différents ce qui est particulièrement complexe à gérer. Si dans ce domaine il est admis que les règlements vont à terme avant harmonisation, nous allons probablement le faire avant pour des questions pratiques. L’autre défi concerne les services techniques. Auparavant, les conseillers communaux géraient eux-mêmes pas mal de tâches mais avec la fusion, il manque aujourd’hui de personnel. Pour y remédier, nous avons intégré dans le budget 2018 l’embauche de 9 équivalent plein temps qui seront mobilisés en fonction de leurs compétences et des besoins, qu’il s’agisse de tâches administratives, techniques ou manuelles.

Quels sont les grands projets actuellement en cours à Estavayer ?

Nous allons tout prochainement dépasser la limite des 10 000 habitants, ce qui implique l’adaptation de nos infrastructures. Parmi les gros projets à l’étude, l’aménagement des rives du lac. Nos infrastructures sont trop petites et l’été la plage est bondée. Afin de répondre à la demande des habitants et des touristes nous prévoyons de développer nos infrastructures. Un projet à long terme qui va débuter avec la construction d’un port de petite batellerie de 250 places. Nous sommes candidat à la reprise d’un autre port dont la concession arrive à échéance en juillet 2018. Il y a également la délicate question de l’Hôtel du Lac, à l’abandon depuis le printemps 2016. L’été dernier, nous avons résilié le contrat de droit de superficie qui nous lie avec le propriétaire. Comme le port, c’est une carte de visite pour notre ville. Or aujourd’hui, c’est peu dire qu’il n’est pas très accueillant et nous voulons que cela change. Dans le domaine du sport, nous avons signé un droit d’emption sur 145 000 m2 de terrains agricoles à l’entrée d’Estavayer-le-Lac destinés à recevoir une zone sportive. Elle pourra accueillir des terrains de foot en remplacement de ceux des Grèves dont les infrastructures ne sont plus de première jeunesse. On pense aussi y mettre le tennis et le skater hockey. Un centre romand d’un sport bien pratiqué en Suisse est également intéressé à venir chez nous.

Et dans le domaine du logement ?

De nombreux projets sont en cours dont celui des Portes du Lac. Une zone d’habitation pour de petits immeubles répartie en huit secteurs qui doit se développer sur une quinzaine d’années. Les premiers habitants sont entrés en décembre 2017 et les travaux du prochain lot doivent débuter au printemps prochain. Un nouveau quartier mixte faisant la liaison entre la gare et centre-ville historique est également prévu ainsi qu’une requalification du plateau de la gare en quartier mixte également.

L’augmentation du nombre d’habitants va-t-elle de pair avec celle des emplois ?

Nous souhaitons développer nos emplois, car les nouveaux habitants sont essentiellement des pendulaires qui ont une activité à Fribourg, Berne ou Lausanne. Nous sommes à la recherche d’entreprises pour enrichir le tissu économique local. Nous disposons notamment d’une friche industrielle où nous allons entreprendre des travaux de démolition au début 2018. Des terrains que nous aurions pu mettre à disposition à de maintes reprises mais pour des entrepôts. Des grandes surfaces pour peu d’emplois au final. Or cela ne nous intéresse pas car nous voulons offrir des places de travail. Nous sommes ouverts à tous les secteurs d’activité sauf le commercial étant donné que l’offre est déjà suffisamment riche sur la région.

Pouvez-vous nous parler de l’offre culturelle locale et des événements qui se déroulent sur la commune ?

Nous disposons de deux salles de spectacle. « La Prillaz » avec ses 550 places qui propose une douzaine de pièces de théâtre par année et une salle de spectacle plus intimiste « L’Azimut ». Celle-ci est gérée par un collectif culturel qui nous propose une diversité d’événements forts appréciés. Nous avons également différents événements qui se succèdent tout au long de l’année. Parmi les principaux, LudiMania’k, un festival d’ateliers de jeux en ville destinés aux enfants. Nous proposons également des concerts de jazz dans toute la ville avec Swing in the Wind, mais aussi l’Estivale Open Air sur la place Nova Friburgo au bord du lac, dans un cadre magique. En janvier 2018 a été organisé pour la première fois « Esta Snow Fest » avec la création d’une piste de ski dans la Grand-Rue, cette manifestation a eu lieu du 12 au 14 janvier ou encore en novembre 2017, la 3e édition du « Red Bull Velodux », une course de cyclo-cross à travers notre ville médiévale et dans ses alentours. Ceci est sans compter les nombreuses manifestations et traditions qui se déroulent dans les anciennes communes.

Nous remercions les organisateurs de toutes ces manifestations ainsi que tous les bénévoles qui leur prêtent mains fortes.

Rue de l’Hôtel de Ville 11 • Case postale 623

CH-1470 Estavayer-le-Lac

Tél. +41 26 664 80 00

commune@estavayer.ch – www.estavayer.ch