ANEMPA – Association neuchâteloise des établissements et maisons pour personnes âgées

Œuvrer pour des prestations médico-sociales de qualité

 

Principale faîtière d’EMS, l’Association neuchâteloise des établissements et maisons pour personnes âgées (ANEMPA) regroupe les institutions médico-sociales à but non-lucratif. Partenaire cantonal prépondérant, elle est l’interlocuteur de référence dans le domaine du grand âge en milieu institutionnel au sens large. L’ANEMPA contribue ainsi aux réflexions et aux politiques liées aux enjeux de la prise en charge des personnes âgées favorisant le maintien à domicile. Dans ce cadre, elle s’attache à défendre et à promouvoir la qualité et les spécificités de l’accueil, de l’hébergement et de l’accompagnement médico-sociaux. Rencontre avec sa secrétaire générale, Fabienne Wyss Kubler.

Pouvez-vous nous parler de l’ANEMPA en quelques mots ?

Créée en 1971 pour relever – déjà à l’époque – le défi posé par le vieillissement démographique, notre association s’est professionnalisée et développée au fur et à mesure de la complexification des enjeux socio-sanitaires. Elle est devenue un pôle d’expertise centré sur les besoins auxquels les soins et l’accompagnement de longue durée en milieu institutionnel doivent répondre. L’ANEMPA, c’est aujourd’hui 27 institutions, quelque 1500 bénéficiaires et 1800 collaborateurs, soit environ 1300 postes à plein temps dans les soins et le secteur socio-hôtelier. Signataire de la convention collective de travail du domaine de la santé neuchâtelois, l’ANEMPA s’inscrit dans un réseau d’échanges et d’actions au niveau cantonal et supra-cantonal. Elle fédère également ses membres au travers d’une structure informatique commune.

Quels sont les buts et actions menées par l’ANEMPA ?

Le rôle intrinsèque de notre association est le soutien apporté à ses institutions membres. Pour cela, elle se fonde sur la mutualisation des connaissances et des compétences qu’elle réunit. Les principaux axes de son action sont :

Informer : L’association assure une veille et un suivi des informations concernant l’activité médico-sociale ; elle constitue un lien entre les institutions membres, dont les échanges sont favorisés et renforcés, et face aux interlocuteurs externes.

Représenter : L’association est la voix collective des institutions membres vis-à-vis des autorités politiques et administratives, des acteurs du réseau socio-sanitaire cantonal et supra-cantonal, des médias et de la population.

Développer : Inscrite dans une dynamique d’innovation, l’association conçoit et met en œuvre des actions et mesures communes utiles au fonctionnement des institutions membres, ainsi qu’à la qualité et à la visibilité de leurs prestations en faveur des personnes âgées accueillies.

Coordonner : L’association organise les travaux de réflexion, de conception, d’argumentation et d’élaboration qui sous-tendent son action ; gérant les organes nécessaires à la concrétisation des opinions et des outils associatifs, elle se fonde sur la mise en commun et le travail en réseau.

Outre les questions centrées sur l’accompagnement des bénéficiaires, les sujets associatifs sont traités notamment au travers de commissions et de groupes de travail dans le domaine de l’économie, de l’éthique, de la formation, de la communication et de l’informatique.

Quelle est la situation du canton de Neuchâtel en matière de prise en charge des personnes âgées ?

En comparaison intercantonale, notre canton se distingue par un nombre important de lits d’EMS par rapport à sa population et, jusqu’à récemment, par une offre très embryonnaire de structures dites intermédiaires entre le domicile et l’EMS. Dès lors, il s’attache à mener une réforme d’envergure, portant à la fois sur les prestations et sur les infrastructures pour le grand âge. Définie par la planification médico-sociale (PMS) cantonale, cette démarche actuellement en cours implique une véritable mutation pour les institutions qui s’inscrivent dans de nouvelles missions avec le déploiement de prestations jusque-là inédites, tout en subissant une réduction parfois importante de leur nombre de lits « traditionnels » de long séjour gériatrique.

Face à ces enjeux, comment se positionnent les institutions de l’ANEMPA ?

Nos membres participent pleinement aux réformes actuelles destinées à favoriser le maintien à domicile de la population âgée neuchâteloise. Dans ce processus, les institutions se projettent dans de nouveaux modèles de prise en charge, articulant davantage offres stationnaires et ambulatoires, alors même que les conditions-cadres, notamment financières, de leurs (futures) activités sont elles aussi en construction. Elles se diversifient et, outre le long séjour gériatrique, proposent – demain encore plus qu’aujourd’hui – du court séjour, du long séjour psycho-gériatrique ou psychiatrique, de l’hébergement non-médicalisé en pension, de l’accueil en foyer de jour, de l’accueil d’urgence, des appartements avec encadrement.

Parallèlement, les EMS de l’ANEMPA s’inscrivent également activement dans le processus de modernisation des infrastructures médico-sociales voulu par les autorités neuchâteloises, avec des projets ambitieux de construction ou de rénovation destinés à contribuer au renforcement de la qualité de l’accueil et de l’hébergement des personnes âgées.

A cet égard, il faut souligner que, au-delà des bâtiments et au-delà des concepts de prise en charge, cette qualité se fonde surtout sur les ressources humaines et sur les compétences mises en œuvre dans les soins et l’accompagnement offerts à nos aînés.

Est-il difficile de former et recruter dans le domaine du grand âge ?

Au vu des enjeux démographiques et sanitaires, notre secteur d’activité offre de multiples opportunités pour toute une série de professionnels. Les modèles médico-sociaux sont en pleine évolution et beaucoup de choses sont à construire, par exemple en termes d’articulation des prestations ou d’interdisciplinarité des équipes. Les métiers déployés en EMS souffrent toutefois encore d’une image peu attractive, souvent parce que leurs caractéristiques sont peu connues et parce que l’EMS véhicule de nombreux stéréotypes en lien avec la vieillesse et la fin de vie. L’ANEMPA a donc aussi un rôle essentiel à jouer pour déconstruire les idées préconçues et pour rendre plus visible toute la richesse que le monde de l’EMS recèle et que notre société peine parfois à appréhender.

Quels seront les défis de demain pour les EMS ?

Au-delà des mutations structurelles cantonales, les EMS devront – à l’instar des autres acteurs socio-sanitaires – répondre à une augmentation de la complexité des prises en charge, tout en composant avec une pression croissante sur la tarification des prestations de soins et des prestations socio-hôtelières. Dans ce mouvement qui verra les EMS accueillir des situations plus lourdes avec des bénéficiaires plus atteints dans leur santé, il faudra également s’attacher à préserver les spécificités de l’accueil médico-social, celles qui font des institutions des lieux de vie en même temps que des lieux de soins. Réussir cette combinaison sera essentiel pour garantir la qualité de l’accompagnement offert et pour permettre le positionnement d’un secteur d’activité qui se doit d’attirer et de conserver les compétences nécessaires à des prestations répondant aux besoins de la population âgée neuchâteloise dans une logique de continuité des soins.

ANEMPA
Rue des Charmettes 10a • CH-2000 Neuchâtel
Tél. +41 32 731 79 92
anempa@ne.chwww.anempa.ch