ARCAM – Association de la région Cossonay-Aubonne-Morges

Oscar Cherbuin

 

Pour un district uni, ouvert et dynamique

L’ARCAM (association de la région Cossonay-Aubonne-Morges) s’occupe, depuis l’année de sa création en 2009, de la promotion économique, de l’aménagement du territoire, du développement régional et de du tourisme. Dans ce cadre, un programme de stratégies régionales a été mis en place pour que d’ici 2022 de nombreuses actions soient réalisées. Pour nous en parler, Bien Vivre a rencontré Oscar Cherbuin, directeur de l’ARCAM.

Qu’en est-il des projets pour les institutions ?

Notre objectif est de renforcer l’efficacité de la gouvernance régionale. Nous voulons soutenir les acteurs, coordonner les projets et organiser des collaborations. Pour ce faire, par exemple, nous allons mettre en place des programmes de formation destinés aux communes ou créer une plateforme informatique via le site internet de l’ARCAM, à destination du grand public, pour assurer la promotion des projets régionaux.

Quels sont vos objectifs pour l’économie et les entreprises ?

Nous allons œuvrer autour des soutiens directs aux entreprises, à la mise en place de conditions-cadres à l’activité économique et élaborer un marketing territorial. Le but final est d’augmenter le nombre d’emplois dans la région. Des actions vont se mettre en place comme faciliter l’activité des entreprises en leur apportant des soutiens directs via « le guichet entreprises », soutenir l’organisation de cours d’appuis pour les apprentis, participer à la mise en œuvre de la Politique cantonale des Pôles de développement Economique (PPDE) ou encore créer une plateforme économique régionale gérée par la commission économique de l’ARCAM.

Pour le tourisme, quelles sont vos ambitions ?

Ici, notre objectif est d’augmenter la création de valeur de l’économie touristique. Nous avons donc quatre domaines d’action soit le développement d’un tourisme adapté aux spécificités régionales et les projets touristiques innovants, les soutiens aux manifestations d’importance et la mise en place d’un observatoire du tourisme. Ceci se traduit dans les actes, pour ne citer que quelques exemples, par le développement de l’agritourisme au travers des PDRA (Projets de développement régional agricole) et des activités agricoles de la région ou par des soutiens aux porteurs de projets de manifestations à portée cantonale ou nationale.

Concernant les ressources vers quoi voulez-vous aller ?

Nous avons la volonté de développer des filières de production valorisant les ressources locales qui se portent principalement sur les produits agricoles, la filière bois et les gravières. Concernant ces dernières, au pied du Jura, nous voulons mettre en place une coordination entre les exploitations pour limiter les nuisances dans les villages du district. Dans un autre ordre d’idée, nous travaillons à la réalisation de Maisons du tourisme permettant l’intégration des acteurs et la vente directe de produits du terroir.

Dans vos domaines d’action, il y a également le territoire et son aménagement, pouvez-vous nous en dire plus ?

L’idée est d’atténuer le clivage entre l’agglomération morgienne et la zone rurale. Pour ce faire, nous renforcerons la cohésion des bassins de vie et des secteurs autour des communes-centres assumant leur rôle, nous nous attacherons à un développement durable des espaces bâtis et non bâtis afin de maintenir la qualité de vie et nous accompagnerons techniquement des planifications en cours dans le district. D’ici 2022, nous lancerons des initiations de projets de bassin de vie, nous accompagnerons les communes dans la densification de qualité, nous mettrons en œuvre la Charte 2012-2022 du Parc Jura Vaudois (PJV) et d’autres actions.

Pour finir, qu’en est-il de la mobilité ?

Il est nécessaire de l’améliorer au sein du district avec un développement de l’intermodalité, une valorisation de l’offre en transports publics et travailler sur le réseau de mobilité douce. Planification d’un concept régional de stationnement P+R, développement d’une offre de bus nocturnes adaptée ou encore planifier des pistes cyclables et chemins piétonniers fonctionnels font partie des résultats attendus.

Pour ceux qui veulent en savoir plus, comment faire ?

Nous ne pouvons pas, ici, développer tous les travaux mis en cours pour atteindre nos objectifs d’ici à 2022 car ils sont très nombreux. Notre site internet permet de voir nos travaux, nos ambitions et notre implication quotidienne sur les 4 grands fronts de nos actions.

ARCAM
Rue Neuve 1 • Case postale 77
CH-1304 Cossonay
Tél. +41 21 862 22 75
info@arcam-vd.chwww.arcam-vd.ch