Bureau des Métiers

Gabriel Décaillet

 

L’union fait la force

Plus que jamais, l’expression prend tout son sens au Bureau des Métiers. Rapprochement avec constructionvalais, invitation au plus grand nombre à continuer à promouvoir les entrepreneurs locaux, incitation à se réunir, se rencontrer, faire bloc… autant d’exemples qui montrent certaines actions menées par l’entreprise qui gère, à ce jour, 30 associations professionnelles. Au service des PME et des indépendants, elle est le plus grand centre patronal du Valais en représentant quelques 2800 entreprises, occupant plus de 12 000 collaborateurs. Pour comprendre ce qu’elle met en œuvre, au quotidien, pour regarder vers demain, rencontre avec Gabriel Décaillet, son directeur.

Pourquoi le Bureau des Métiers est-il proche de constructionvalais ?

Dans un canton où les acteurs du bâtiment représentent 10% du PIB, la construction doit être forte et soutenue. Avec près de 3 milliards de chiffre d’affaires, elle dispose d’une force économique certaine. En fonctionnant ensemble, nous sommes plus organisés, plus compétitifs, plus à même de nous aider et ce, autour de nombreux sujets comme le changement énergétique, par exemple. En regroupant des entreprises du gros œuvre, de l’artisanat et du bâtiment ainsi que des mandataires de la construction, constructionvalais est le relais naturel du Bureau des Métiers pour ces secteurs. Durant les moments difficiles que nous avons traversés à cause de la pandémie, elle a su gérer l’extraordinaire, renforcer la position de la branche et continuer à se battre. Elle a joué son rôle de soutien, relayé entre autres par notre Bureau qui a un rôle très actif en son sein.

Vous parliez de changement énergétique, comment le Bureau des Métiers, s’implique-t-il dans ce sujet par rapport à la construction ?

L’image de bâtiments énergivores doit faire partie du passé si nous voulons atteindre les objectifs du canton pour 2030. Si les rénovations sont indispensables pour un grand nombre afin d’être vertueux, les constructions neuves doivent l’être quoi qu’il en soit. Ainsi, le Bureau des Métiers, via constructionvalais, s’est engagé sur le 4e objet en faveur du oui. Par ce dernier, le secteur voulait assumer sa responsabilité et jouer un rôle central dans la réduction à long terme des émissions de CO2, avec des rénovations des techniques du bâtiment, des techniques de rénovation énergétiques ou de nouvelles constructions de remplacement. Malgré notre engagement, cette loi a été refusée par le peuple.

Vous avez mis en place, durant 2020 et 2021, une campagne de publicité sur le thème du consommer local. Pourquoi ?

Consommer local devrait être un réflexe naturel ! Pourtant, il est loin d’être le cas et il était impératif de mettre en avant nos forces, nos talents, pour que les Valaisans, qui l’auraient oublié, prennent conscience qu’à côté de chez eux, ils ont des artisans de qualité et qu’ils n’ont nul besoin d’en faire venir d’ailleurs. Le prétexte est souvent lié au coût de l’intervention. Certes, il peut être attractif mais combien ont réfléchi au fait qu’aucun SAV n’est assuré lorsqu’un souci intervient. Imaginez la pose d’un chauffage réalisé par une société étrangère, qu’en est-il si ce dernier subit une avarie durant l’hiver ? des soucis, des difficultés à trouver une société locale prête à intervenir rapidement alors que si cette dernière avait fait le travail, la chose était réglée dans les plus brefs délais !

Aujourd’hui, quels sont les bénéfices de cette campagne ?

Les bénéfices ne sont pas chiffrables mais la pandémie a fait réaliser à beaucoup que le consommé local était primordial pour notre économie. Pour autant, le message doit continuer à être martelé et les meilleurs ambassadeurs sont les entrepreneurs eux-mêmes. C’est pourquoi, nous les incitons à prendre le relais en étant la vitrine du savoir de leurs métiers, les porteurs de passion et l’écho de l’intelligence de la main. Ce message, ils doivent le faire passer auprès de leurs clients et futurs clients mais aussi auprès de leurs collègues, patrons et autres pour que ces derniers adhèrent à des associations, au Bureau des Métiers. Plus nous sommes nombreux, plus nous sommes forts. Plus nous rayonnerons, plus nous travaillerons !

Et demain ?

Pour vous parler de demain, je vais reprendre certains propos de notre président, Vincent Bonvin, rédigés pour le rapport d’activité 2020-2021 du Bureau des Métiers, ils répondent parfaitement à la question. « Il faudra se rencontrer, se retrouver afin de pouvoir échanger, mettre sur la table nos différends et autres difficultés économiques. Portez vos préoccupations à vos Comités, remontez ces informations auprès des différents services et à la Direction du Bureau des Métiers. Il est important de les faire savoir, de ne pas les garder à la table du café du coin, afin que l’on puisse vous apporter conseils et appui dans votre quotidien. Vos associations et le Bureau des Métiers disposent de nombreux éléments de soutien, de liens directs avec constructionvalais, l’AVE, les communes valaisannes, les services de l’Etat, la députation du Grand Conseil et bien évidemment nos conseillers d’Etat. Tout cela n’a qu’un seul but : pouvoir vous soutenir au mieux dans vos actions ».

En d’autres termes, mettez l’accent sur vos métiers, nous faisons le reste !

Bureau des Métiers

Rue de la Dixence 20 • Case postale 141 • CH-1951 Sion

Tél. +41 27 327 51 11

www.bureaudesmetiers.ch