Chambre valaisanne de commerce et d’industrie

Vincent Riesen

100 ans d’engagement pour l’économie valaisanne

Depuis 1917, la Chambre valaisanne de commerce et d’industrie (CCI VS) défend les intérêts de l’économie valaisanne. Représentante de l’économie privée, elle fédère les forces économiques du canton et veille au maintien de conditions-cadre leur permettant de prospérer. A l’occasion de son centième anniversaire, nous avons rencontré Vincent Riesen, directeur de la CCI VS.

Pouvez-vous nous rappeler les origines de la CCI VS ?

La Chambre été fondée en 1917 par la Société des Arts et Métiers de Sion réunissant différents acteurs économiques locaux. Ceux-ci avaient anticipé la fin de la guerre et ressenti le besoin de se mettre ensemble pour anticiper les changements à venir voyant là une opportunité de développement pour le Valais. Son premier combat : obtenir l’ouverture d’un bureau de chèques postaux, à Sion, pour faciliter les transactions des entreprises. Une réussite. Un siècle plus tard, la CCI VS compte 428 entreprises membres auxquelles il faut ajouter 26 associations sectorielles. Ensemble, elles contribuent à hauteur de 80% au PIB valaisan et offrent 70% des places de travail.

Quels ont été les moments phares des célébrations de vos 100 ans ?

Nous avons tout d’abord édité une brochure qui ne parle pas tant de la CCI VS, mais parcourt plutôt un siècle de progrès social et économique. Elle met en exergue le fait que notre canton n’a pas subi le changement mais toujours su exploiter ses opportunités. Urbanisation, industrialisation et électrification, ces révolutions faisaient peur à l’époque, mais elles ont permis de transformer notre canton en un lieu de vie et de travail attractif. Nous avons des barrages qui produisent le quart de l’énergie hydroélectrique suisse, un site chimique qui fait toute la production d’agrochimie du pays et un pays ouvert. Il suffit de voir l’EPFL à Sion qui réunit plus de 150 chercheurs avec 35 nationalités représentées. Nous avons également profité de notre centième anniversaire commun avec la Banque Cantonale du Valais pour commander une analyse régionale comparant les agglomérations valaisannes entre elles. Il en ressort notamment que les agglomérations valaisannes, Sion, Brig-Visp, Monthey, Sierre et Martigny, soit les régions les plus urbanisées, génèrent deux tiers de la croissance valaisanne. Enfin, nous avons abordé la thématique « Nous dans 100 ans », lors de notre sommet économique. L’objectif était de nous projeter dans le futur en nous questionnant sur notre capacité à exploiter les opportunités du XXIe siècle tout en maîtrisant les risques de la digitalisation, de la globalisation et de la démographie. Diffusée sur canal 9, cette grande soirée a également permis de donner la parole à la population à travers une série de micros-trottoirs.

La stabilisation du franc fort est une bonne nouvelle ?

Le franc reste fort mais sa lente dépréciation traduit une amélioration dans la zone euro, ce qui nous réjouit. Lors de notre dernier sondage des entreprises, nous nous sommes rendu compte que le franc fort restait un problème pour la majorité des entreprises mais qu’elles étaient nettement moins nombreuses à s’en plaindre. Cela signifie que beaucoup ont réussi à s’adapter. Entre le franc qui baisse, les efforts des entreprises et l’embellie conjoncturelle, le redémarrage de l’économie s’annonce positif.

Que pensez-vous du projet de mise en œuvre de l’initiative contre l’immigration de masse ?

Je le trouve satisfaisant. C’est un projet ciblé et qui fait sens, puisque c’est dans les branches où le taux de chômage est le plus important (8%) qu’il faut intervenir et donner une préférence à la main d’œuvre indigène. Après j’ai quelques réserves concernant la mise en œuvre sur le terrain. Il faut attendre pour voir.

Quel est votre avis concernant le projet fiscal 17 remplaçant la RIE III qui a échoué devant le peuple ?

Je ne crois pas que l’on ait tiré les leçons de l’échec de la RIE III. Ce nouveau projet reste trop compliqué et fragilise la double imposition des propriétaires d’entreprises. Cela est particulièrement problématique pour le Valais qui compte beaucoup de « patrons propriétaires » de part un tissu économique constitué en majorité de PME. Nous avons relativement peu de multinationales. Il est difficilement concevable d’améliorer la fiscalité des multinationales au détriment des petites entreprises. J’ai l’impression que l’administration fiscale profite du projet de réforme fiscale pour faire passer à la caisse les propriétaires de PME. C’est une très mauvaise idée car ce sont eux qui créent de la valeur et de l’emploi dans le canton. Nous sommes en train de nous organiser pour obtenir des compensations en Valais afin que les patrons propriétaires ne soient pas inquiétés par cette détérioration du bouclier fiscal. Ce sera le gros combat de la CCI VS pour cette année 2018.

Les Valaisans ont rejeté la candidature de Sion aux JO 2026. Quelle est votre réaction alors que vous étiez l’un des fervents supporters de ce projet ?

Bien évidemment une immense déception. Le projet proposé aurait eu d’importantes retombées économiques pour le Valais et l’ensemble de la Suisse occidentale. J’accepte le verdict populaire, qui l’a rejeté. Cela dit, l’économie valaisanne va continuer son développement. Sans aucun doute, d’autres projets, d’autres pistes s’ouvriront devant nous, et nous serons là pour exploiter ces opportunités.

Chambre valaisanne de commerce et d’industrie

Rue Pré-Fleuri 6 • Case postale 288

CH-1951 Sion

Tél. +41 27 327 3535 • Fax +41 27 327 3536

info@cci-valais.chwww.cci-valais.ch