Frédéric Mairy

Président du Conseil communal de Val-de-Travers

Un travail dans la continuité

A quelques kilomètres de Neuchâtel et de la France voisine, la commune de Val-de-Travers offre un cadre de vie unique. Forte d’une industrie horlogère très présente et de nombreux autres atouts, Val-de-Travers met tout en œuvre pour continuer à se développer tout en gardant son cachet. De nombreux travaux sont en cours, pour en parler Bien Vivre a rencontré Frédéric Mairy, président du Conseil communal.

Qu’est la commune de Val-de-Travers ?

Neuf villages, qui pour certains commençaient à être au bout de leurs capacités humaines et financières pour mener à bien certains projets, ont décidé de s’unir sous une même commune pour être plus forts et peser davantage au niveau politique vis-à-vis du canton. Après votation en 2008, le 1er janvier 2009, cette fusion a vu le jour. Aujourd’hui, la commune de Val-de-Travers compte environ 10 800 habitants disséminés sur une superficie de 12 500 hectares. Les tailles des villages sont très variables, de quelques centaines à plusieurs milliers d’habitants, chacun ayant gardé son identité. Avec pratiquement 51% de surfaces boisées, 40% de terres agricoles et l’Areuse qui traverse le fond de la vallée, le cadre de vie est exceptionnel pour ceux qui aiment la nature tout en ayant à proximité les infrastructures nécessaires ainsi que des industries pour l’emploi.

Quel est votre parcours en politique ?

Je suis natif du Val-de-Travers et avant d’être en politique j’ai travaillé dans le milieu de la communication et du journalisme, ainsi que dans celui de la culture. Je suis entré au Conseil communal en 2013. Depuis la fusion, 5 professionnels sont employés à plein temps comme moi. Il y a un tournus entre nous pour le poste de président que nous tenons à tour de rôle durant une année. Je le suis pour la deuxième fois jusqu’à l’été 2019.

Quelles sont les actions politiques en cours ?

Les élections communales de 2016 n’ont pas beaucoup modifié les forces politiques en place. Ceci nous a permis d’avoir gardé la même équipe exécutive qu’au cours de la législature précédente et de pouvoir travailler dans la continuité jusqu’aux prochaines élections de 2020. Nous pouvons ainsi prolonger nos efforts en matière d’accueil pré et parascolaire, avec un nombre de places qui est allé croissant et qui permet aujourd’hui de répondre à la demande. Nous veillons également à maintenir, voire améliorer nos infrastructures, avec des crédits importants votés par exemple pour la traversée de Travers et de Couvet.

Quelle est la situation au niveau emploi ?

L’activité principale reste l’horlogerie. Elle connaît des hauts et des bas mais nous commençons à revenir à une période meilleure après la crise initiée en 2015. De nombreuses grandes maisons sont installées sur nos terres comme Chopard, Cartier ou Parmigiani. Nous comptons aussi d’autres manufactures et nombre de sous-traitants. Dans un autre registre, l’entreprise Celgene, active dans le milieu pharmaceutique, présente à Boudry depuis plus de 10 ans, a inauguré cet automne un nouveau site à Couvet. Une centaine d’emplois, de natures variées, est annoncée pour le début de l’année prochaine. L’entreprise dispose de la capacité à s’étendre si ses projets le demandent.

Comment se porte économiquement Val-de-Travers ?

Nous ne sommes, de loin, pas la commune qui connaît la situation financière la meilleure du canton. Au contraire, nous devons jongler en permanence avec notre budget, mais nous tenons bon. La rigueur qui est de mise ne nous empêche pas de mener de nombreux projets, dans l’optique d’augmenter la taille et les revenus de notre population. En plus des grandes entreprises dont nous avons parlé, nous avons aussi un tissu de commerces de proximité qui tient encore le coup, et que nous essayons d’appuyer au travers de diverses actions, pour sensibiliser les habitants à acheter local. Il faut veiller à maintenir le dynamisme au sein de notre commune.

Quels sont les grands projets en cours ou à venir ?

Nous sommes en train de terminer le réaménagement de la traversée de Travers. Notre Conseil général vient de voter un crédit important pour revoir la place de la gare de Fleurier, avec dans les deux cas la volonté de donner plus de place aux piétons et aux cyclistes. Le Conseil général avait aussi accepté l’an dernier un crédit-cadre pour améliorer les places du jeu de l’entier de la commune. Nous venons de lancer un concours d’architecture pour une extension du collège de Longereuse à Fleurier et mettons en route, avec une association, la rénovation de l’église de Môtiers qui date du VIe siècle. Les projets ne manquent pas !

Quelle est la place du tourisme dans votre commune ?

Une part importante car Val-de-Travers dispose d’un cadre naturel magnifique et de lieux emblématiques où les gens aiment venir comme le Creux du Van, les gorges de l’Areuse et de la Poëta-Raisse ou encore la station de Buttes-La Robella, avec notamment le ski en hiver et les marches et le vélo l’été. Nous avons également la Maison de l’Absinthe, puisque nous sommes le berceau de la Fée verte, et les mines d’asphalte, uniques en Europe, qui se visitent et attirent des milliers de visiteurs. Le secteur touristique compte encore beaucoup d’autres acteurs, de différentes tailles, qui sont fédérés en une association que nous soutenons, afin qu’ils puissent renforcer leur communication et trouver les meilleures synergies possibles.

Commune de Val-de-Travers

Rue du Temple 8 • CH-2114 Fleurier

Tél. +41 32 886 43 10

www.val-de-travers.ch