COSC – Contrôle officiel suisse des chronomètres

Au service de l’excellence horlogère suisse

Fondé en 1973 et basé à La Chaux-de-Fonds, le Contrôle officiel suisse des chronomètres (COSC) est une association à but non lucratif reconnue d’utilité publique qui œuvre au service de l’horlogerie suisse. Indépendant et neutre, sa mission est de mesurer et contrôler la précision de mouvements horlogers et de montres terminées que les fabricants lui confient, pour leur décerner le titre officiel de chronomètre certifié. Un gage de qualité et de précision reconnu dans le monde entier. Tour d’horizon de ses prestations et activités.

 

40 ans d’histoire

Le COSC a été créé en 1973 par cinq cantons horlogers (Berne, Genève, Neuchâtel, Soleure et Vaud) et par la Fédération de l’industrie horlogère suisse FH. Avant cette date, les cantons avaient un ou des bureaux d’observation (BO), établis soit dans des écoles d’horlogerie, soit dans des écoles d’ingénieurs, qui évaluaient la qualité des objets horlogers en fonction de multiples critères, lesquels pouvaient différer d’un canton à l’autre. Au début des années 70, face entre autres à l’absence d’unité de doctrine et de solidarité entre les BO, à la menace sur le statut officiel de ceux-ci, la Commission d’inspection centrale des BO propose la création d’une Commission réunissant les cinq cantons, la Chambre suisse de l’horlogerie et la FH. Cette démarche aboutit avec succès à la création en 1973 du COSC. Si à l’origine ce dernier gérait sept BO, au fil des décennies, l’entité s’est simplifiée pour aboutir en 2013 à une structure n’en comptant que trois, à savoir ceux de Bienne, du Locle et de Saint-Imier. Trois sites situés au plus près des manufactures et coordonnés par la direction basée à La Chaux-de-Fonds, assurée depuis le 1er juillet 2010 par Andreas Wyss, appuyé par deux autres collaborateurs.

La qualité alliée au Swiss made

Pour décerner le titre officiel de chronomètre certifié, le COSC est à même de contrôler des instruments horaires tels que des montres-bracelets mécaniques, des montres de poche, des pendulettes et des montres-bracelets à quartz. Le certificat de chronomètre est garant de la haute précision des instruments horaires comme de leur unicité. Il est le gage de leur extrême qualité, comme du savoir-faire mis en œuvre tout au long de leur production. En effet, pour l’obtenir, un instrument horaire doit non seulement être constitué des composants de la meilleure qualité qui soit, mais encore avoir fait l’objet du soin particulier des meilleurs horlogers et régleurs, durant son assemblage. Il représente donc sur le marché, une véritable plus-value pour les bénéficiaires qui cherchent à se différencier de leurs concurrents. Au-delà de son objectif de garantir la précision de marche d’un instrument horaire, le COSC, en tant qu’association d’utilité publique au service de l’horlogerie, s’engage exclusivement au service de l’horlogerie suisse, puisqu’il ne traite que des mouvements ou des montres Swiss made, une manière de valoriser ce prestigieux label. Tous les mouvements qui sont livrés au COSC doivent donc être garantis Swiss made et être dédiés à des montres elles-mêmes Swiss made.

Indépendance et neutralité

L’indépendance du COSC est une donnée clé de sa rigueur et de sa crédibilité. Association libre de droits à but non lucratif, le COSC s’illustre par son indépendance financière, aussi bien lors de sa fondation, où aucun capital n’a été apporté par ses membres créateurs, qu’au niveau de son fonctionnement, puisque les clients du COSC ne payent que leurs prestations et non pas une cotisation. La direction s’engage à maintenir des finances saines et les investissements sont effectués en fonds propres. La composition du Conseil d’administration assure l’impartialité des décisions, puisqu’il se compose de trois représentants des bureaux d’observation (BO) et trois représentants des déposants au COSC ainsi que d’un président et vice-président issus de milieux extérieurs à même de trancher en cas de vote. Le fonctionnement du COSC est en outre régi par un système de management de la qualité détaillant de manière précise l’ensemble du fonctionnement de l’association et des procédures de contrôle. Le système informatique est paramétré de telle sorte que les résultats des mesures des montres et mouvements ne soient pas modifiables. Le COSC est accrédité depuis vingt ans comme laboratoire d’étalonnage, d’essai et de certification de produits auprès du Service d’accréditation suisse SAS qui émane du SECO. Cette accréditation garantit la qualité, la constance et de la neutralité des mesures réalisées.

Des installations et techniques de pointe

Les bureaux d’observations (BO) du COSC contrôlent annuellement quelque 1,8 million d’instruments horaires. Le COSC est aujourd’hui le seul organisme au monde capable de traiter un tel volume. Chaque chronomètre certifié est unique, identifié par un numéro gravé sur son mouvement et un numéro de certificat délivré par le COSC. Les trois BO travaillent sur le même modèle, puisque chacun bénéficie des mêmes équipements et travaille en appliquant les mêmes procédures. L’activité du COSC a lieu 7 jours sur 7, pendant approximativement 350 jours par an. Un rythme de travail dû à la norme ISO, qui impose 15 jours de contrôle + le jour 0, avec mesure toutes les 24 heures: une fois qu’un cycle d’observation est lancé, celui-ci doit être respecté. Chaque jour, samedi et dimanche compris, tous les instruments sont mesurés et remontés. Sur la base des mesures, les critères éliminatoires sont calculés pour les montres-bracelets mécaniques à balancier-spiral, pour les montres-bracelets à quartz, pour les montres de poche et pour les appareils horaires en position fixe. Si et seulement si tous les critères sont atteints, le mouvement/montre est certifié «chronomètre». Si nettement plus d’un million de certificats officiels de chronomètre sont délivrés par année (1 700 000 en 2016), cela ne représente que 6% de la production horlogère suisse, ce qui souligne le caractère exceptionnel de la certification «chronomètre» du COSC.

Au total, ce sont environ 60 collaboratrices et collaborateurs en équivalent temps-plein (et une septantaine d’auxiliaires formés par le COSC) qui travaillent dans les bureaux d’observations. Il s’agit majoritairement d’opératrices et d’opérateurs spécialisés. A noter qu’aucun horloger ne figure parmi eux, puisque le COSC est là pour observer, contrôler et non pour orienter ou conseiller telle ou telle marque, une manière de réaffirmer son indépendance et sa neutralité encore une fois.

 

COSC – Direction

Avenue Léopold-Robert 65

CH-2300 La Chaux-de-Fonds

Tél. +41 32 913 80 78

info@cosc.ch • www.cosc.swiss.ch