François Cuche

Président du Conseil communal

Val-de-Ruz

«Des paysages magnifiques et une nature verdoyante»

Issue de la fusion de 15 des 16 communes du district, la commune de Val-de-Ruz figure au troisième rang des communes du canton de Neuchâtel en termes de population avec 16 800 habitants. Considérée comme le grenier du canton, la commune se distingue bien au-delà de son agriculture avec des projets urbanistiques et écologiques importants et une offre culturelle riche. Pour en savoir plus, Bien Vivre a rencontré François Cuche, président du Conseil communal.

Pouvez-vous nous faire un bref rappel de votre parcours politique?

J’ai commencé la politique en 1996 comme Conseiller communal d’une petite commune de la région avant de devenir président de la région du Val-de-Ruz. En 2001, je suis devenu député au Grand Conseil jusqu’à la mise en œuvre de la commune fusionnée de Val-de-Ruz en 2013, dont je suis devenu Conseiller communal.

La commune de Val-de-Ruz est le fruit de la fusion de 15 des 16 communes du district du Val-de-Ruz. Quels étaient les enjeux de la création d’une commune unique?

Les raisons qui ont amené la population à souhaiter à 60% une fusion de communes se réaliser sont diverses. D’un point de vue politique tout d’abord, l’importance d’une commune a une influence directe sur le poids qu’elle peut exercer sur les divers processus cantonaux. Val-de-Ruz étant désormais la troisième commune du canton derrière celles de La Chaux-de-Fonds et Neuchâtel, son poids politique en est par conséquent renforcé. Du côté administratif ensuite, ce regroupement a permis de rassembler les organismes communaux et intercommunaux, de manière à améliorer leur efficience tout en réduisant les coûts de gestion et en élargissant le nombre et la qualité des prestations offertes à la population.

Quels sont les dossiers prioritaires de cette législature?

Comme beaucoup de communes neuchâteloises, nous vivons actuellement une situation financière difficile. Durant cette législature, nous allons devoir porter une attention particulière sur notre prochain exercice budgétaire, sachant qu’il faudra attendre certaines décisions cantonales, notamment sur la péréquation financière et la répartition des impôts des frontaliers, pour voir si les choses vont s’améliorer ou non.

Autre dossier qui va nous occuper, l’agrandissement des collèges du Val-de-Ruz. Depuis l’avènement de la commune, nous avons le plus grand nombre d’élèves par habitant du canton! Nous avons déjà réalisé les travaux sur le collège de Dombresson et venons de finir le collège des Geneveys-sur-Coffrane. Un troisième établissement sera agrandi prochainement à la Fontenelle.

Nous avons également le projet de développement d’une zone d’activités économiques au Chillou à Boude­villiers-Malvilliers. Celle-ci devrait accueillir essentiellement des entreprises de services avec à la clé des emplois pour la commune.

Nous avons également un certain nombre d’infrastructures qui nécessitent d’être entretenues et pour lesquelles une série de crédits-cadres sera proposée au Conseil général. Je pense notamment aux routes et à notre parc de bâtiments communaux dont nous devons garantir la valeur et assurer l’efficience énergétique.

La commune est particulièrement active en matière de développement durable. Pouvez-vous nous parler de quelques-uns des projets mis en place?

C’est en effet un axe de développement très important pour la commune. Nous sommes en train de terminer le chauffage à distance de Cernier-Fontainemelon. Lancé en partenariat avec la société Viteos, ce projet est un exemple d’utilisation locale de ressources renouvelables, avec du bois issu uniquement des forêts appartenant à la commune. Opérationnel depuis le mois d’octobre 2015, le chauffage à distance alimente déjà une centaine d’immeubles.

Nous sommes également actifs dans la cadre de projets éoliens. Nous travaillons actuellement au développement d’un parc éolien bicantonal avec la commune bernoise de Sonvilier sur la crête de la Joux-du-Plâne où onze éoliennes devraient voir le jour. A terme, ce site devrait couvrir les besoins en électricité de 7200 foyers. Un deuxième parc éolien est prévu dans la région de La Vue des Alpes et un troisième dans la région du Crêt-Meuron. Les implantations de ces parcs éoliens découlent d’une volonté populaire, exprimée lors de la votation du 18 mai 2014, instituant cinq parcs éoliens dans le canton de Neuchâtel, dont trois, sur le territoire de Val-de-Ruz. Dans un souci de développement durable, le travail d’assainissement énergétique des quelque 250 bâtiments communaux a commencé il y a plusieurs années et va se poursuivre jusqu’en 2025.

Pouvez-vous nous parler de l’offre culturelle locale?

Elle est riche. Il y a bien sûr le site d’Evologia de Cernier qui a pour vocation de sensibiliser la population à la terre et à la nature en proposant des activités culturelles et des expositions ludiques et interactives. Parmi les principales manifestations organisées «Fête la Terre», un rendez-vous incontournable de la ville et de la campagne durant lequel les contacts avec les producteurs régionaux sont privilégiés et le terroir mis à l’honneur. Il y a également le festival «Les Jardins Musicaux» qui réunit près de 10 000 personnes à Cernier, dans la Grange aux Concerts. Les sociétés locales jouent également un rôle majeur dans la culture locale en organisant de nombreux événements qui font le ciment entre tous les villages de la commune.

Ces dernières années, le Val-de-Ruz tend à se profiler comme écorégion en développant notamment des partenariats avec le Parc régional Chasseral qui nous accompagne dans nos projets culturels et touristiques en nous aidant à valoriser notre patrimoine. Dans un cadre plus large, nous comptons également mettre en valeur nos produits locaux et favoriser leur distribution, leur consommation locale et développer les énergies locales renouvelables.

Un important réseau de promenades a été mis en place sous la dénomination de «chemins chouettes» à Val-de-Ruz, qui se présente donc un peu comme le Central park du canton de Neuchâtel, et permet d’offrir une offre très intéressante en termes de tourisme doux!

Quel regard portez-vous sur le Val-de-Ruz?

C’est une commune où il fait bon vivre avec des paysages magnifiques et une nature verdoyante. Nous désirons favoriser un développement concerté et raisonnable, dont nous avons parlé précédemment, nous tenons à préserver la qualité de vie, le territoire, l’environnement et notamment notre agriculture, particulièrement dynamique. Ce n’est pas pour rien que l’on dit du Val-de-Ruz qu’il est le grenier du canton et se présente comme une large vallée verdoyante, entourée d’un écrin forestier.