Genève-Cliniques

Gilles Rufenacht

Les patients avant tout

L’association Genève-Cliniques représente et défend les intérêts de dix établissements privés du canton mais pas seulement… Entretien avec son président Gilles Rufenacht et bilan de son mandat.

Quel est votre sentiment après six ans passées à la présidence de Genève-Cliniques ?

J’ai le sentiment que nous sommes allés plus loin car nous n’étions pas là pour défendre un pré carré. Nous avons fait passer un certain nombre de messages depuis 2012 en disant que nous, cliniques privées, contribuons de par notre efficience et notre gestion à diminuer la charge qui pèse sur la population qui paie des assurances maladies tout en garantissant la qualité des soins. Notre rôle consiste à améliorer le système avec une vision plus globale via des coopérations avec le public et des réseaux de compétences. Une confiance s’est établie petit à petit avec l’ensemble des acteurs du secteur de la santé pour agir.

Quel a été le résultat de ce positionnement ?

Nous sommes devenus un interlocuteur privilégié pour le département de la santé, mais aussi pour les acteurs du secteur. Les cliniques privées sont sorties de cette image des suites de luxe avec du champagne et des soins « petit four ». Nous pratiquons une médecine hautement spécialisée, nous contribuons au système, nous nous spécialisons conformément aux souhaits de la réforme hospitalière et nous apportons une vraie réponse complémentaire dans un réseau de soins à la population.

Initiateur des états généraux de la santé, quel est votre bilan après deux cessions ?

Les Etats généraux de la santé ont permis de réunir tous les acteurs du secteur ainsi que le département de la santé et les politiques pour réfléchir et discuter ensemble autour d’une table, alors que nous nous regardions tous en chien de faïence car chacun avait une idée préconçue de l’autre. Nous avons mis en commun nos intelligences respectives pour mieux coopérer, pour fluidifier les systèmes, pour améliorer la qualité pour les patients et les réseaux de soins qui sont encore embryonnaires. Nous avons tous les mêmes objectifs pour la santé et ce n’est qu’en créant des liens forts que nous pouvons avancer.

Quelles ont été les avancées majeures depuis la première cession des états généraux ?

Il y a un thème qui me tient à cœur, c’est le basculement des activités stationnaires vers les activités ambulatoires qui permet, selon les cas, d’avoir une excellente qualité de soins tout en coûtant moins cher. Nous avons fait des propositions sur ce sujet et elles sont maintenant discutées au Conseil national donc les choses avancent de façon positive. Autre dossier important les centres de compétences pluridisciplinaires, cette nouvelle approche de la médecine, regroupant plusieurs spécialistes autour d’une même pathologie, est essentielle car la prise en charge du patient est globale dès le départ. Le diagnostic est plus sûr, la prise en charge plus rapide ce qui induit des chances de guérison plus grandes. Pour moi, ces centres d’expertise sont la médecine du futur.

L’innovation et les nouvelles technologies sont au centre de vos préoccupations pour quelle raison ?

L’innovation, selon moi, permet d’améliorer la santé des patients et leur prise en charge, d’écourter les séjours en milieu hospitalier et d’allonger la vie. La chirurgie robotique est selon moi un bon exemple, dans certains cas elle évite une chirurgie ouverte qui contraint à une hospitalisation plus longue. Cette chirurgie moins invasive et robotisée permet des convalescences plus rapides, moins « impactantes » du point de vue de la santé concernant les effets secondaires et parfois les complications. Cela fonctionne, donc pourquoi ne pas investir dans ce sens car c’est bénéfique pour tous sans coûter plus cher.

Quels sont les dossiers prioritaires de l’année 2020 pour l’association ?

Je laisse le soin à mon successeur de maintenir la relation de confiance que nous avons établie entre nous et le tissu régional des acteurs de la santé qu’ils soient publics, privés, associatifs ; de continuer dans ce mouvement de crédibilité, de ne pas se borner à défendre nos petits intérêts individuels et de garder à l’esprit que l’intérêt collectif prime.

Et pour vous ?

Je quitte la présidence de Genève-Cliniques pour entamer une nouvelle étape de ma vie associative à la CCIG. Je me dirige vers un système où la santé et l’économie sont liées et j’aimerais créer à terme un lien fort entre ces deux domaines pour démontrer que le dynamisme de l’économie valdo-genevoise notamment dans le domaine du Medtech peut aider à améliorer la vie du patient.

Genève-Cliniques
Association des Cliniques Privées de Genève

Rue Saint-Jean 98 • CH-1211 Genève 11

Tél. +41 58 715 32 20 • Fax +41 58 715 32 13

comite@geneve-cliniques.chwww.geneve-cliniques.ch