GPG – Chambre syndicale des entrepreneurs de gypserie, peinture et décoration du Canton de Genève

Olivier Berchten – Nathalie Bloch

 

Depuis bientôt 130 ans au service de ses membres

Depuis 1891, la Chambre syndicale des entrepreneurs de gypserie, peinture et décoration du canton de Genève exerce une action constante en faveur de ses membres. La GPG regroupe plus de 100 entreprises qui emploient plus de 1000 professionnels. Elle est membre de la Fédération des Entreprises Romandes Genève, qui gère son secrétariat, de la Fédération genevoise des métiers du bâtiment (FMB) et de la Fédération suisse romande des entreprises de plâtrerie-peinture (FREPP). Nous avons rencontré Olivier Berchten, président et Nathalie Bloch, secrétaire patronale de l’association.

De quelle manière la GPG s’engage auprès de ses membres ?

Outre la défense des intérêts de ses membres sur le plan politique et juridique, la GPG leur offre un soutien pratique et personnalisé. Nos membres bénéficient de nombreuses prestations, comme des participations financières pour l’acquisition des équipements de protection pour les ouvriers ; des contrats collectifs d’assurance à des tarifs avantageux ; une assurance accidents complémentaire offerte pour les employés ; la mise à disposition d’une solution type pour la sécurité au travail ; un service de salaires à prix avantageux ; des tarifs préférentiels pour une collecte annuelle de déchets spéciaux ainsi que pour un cours de sensibilisation aux dangers de l’amiante, des PCB et du plomb.

Comment se porte la branche de la gypserie-peinture ?

La branche se porte bien, malgré la forte pression sur les prix et le contexte économique incertain, car le canton de Genève est dynamique. Actuellement, il y a beaucoup de gros chantiers, comme les Communaux d’Ambilly. Mais l’avenir n’est pas serein, ce d’autant plus que très souvent le prix est jugé plus important par les maîtres d’ouvrage que le savoir-faire. Les nouvelles technologies ont permis d’avoir des matériaux plus légers et plus pratiques à poser. Les plâtriers travaillent maintenant à sec, les matériaux ayant besoin de moins d’humidité. Les peintures ont évolué et contiennent moins de solvants. Ces avancées technologiques permettent aux entreprises d’être plus performantes.

Quels sont les enjeux auxquels la GPG fait face ?

La promotion et la défense des métiers de notre branche sont les objectifs de l’association, qui fait face à deux défis. Le premier est la lutte contre la concurrence déloyale et le travail au noir. Pour cela, la GPG a conclu, avec d’autres associations du second œuvre, une convention collective de travail de force obligatoire qui impose le respect de certaines dispositions, dont les salaires minimaux pour les ouvriers. Nous travaillons conjointement avec les syndicats pour développer un système de contrôle des chantiers pour vérifier le respect des salaires minimaux et les déclarations aux assurances sociales. Plus de 10 inspecteurs sillonnent le canton de Genève et vérifient si les ouvriers présents sur les chantiers sont payés aux salaires minimaux et sont déclarés. Plus de mille contrôles sont effectués par année. Notre second défi est la sauvegarde de la formation des plâtriers. Actuellement, nous avons beaucoup d’apprentis peintres, cent cinquante répartis sur les trois années de CFC. Pour le métier de plâtrier, nous n’en comptons que dix. Cette différence s’explique par un manque de connaissances des conseillers professionnels et des instituteurs, qui peinent à orienter les jeunes vers ce domaine, pourtant valorisé et en forte demande de main-d’œuvre. La GPG s’investit pour présenter ce métier au sein des cycles d’orientation de Genève.

Qu’en est-il de la formation ?

Le CFC de peintre ou plâtrier dure trois ans, en emploi. Après l’obtention du CFC, il est possible de suivre des modules complémentaires pour être titulaire d’une maîtrise, de chef de chantier, par exemple.

Le Centre de formation Professionnelle Construction à Lancy dispose de belles infrastructures et de professeurs compétents. Nous avons équipé notre centre professionnel de deux cabines de simulation de peinture. Cette innovation est non seulement technologique, mais également écologique en tant qu’elle permet d’économiser plusieurs centaines de kilo de peinture par année. Les apprentis sont par ailleurs enchantés d’apprendre leur métier avec un outil pédagogique moderne.

Gypserie Peinture Genève
Rue de St-Jean 98 • CH-1211 Genève 11
Tél. +41 58 715 32 11
gpg@fer-ge.chwww.gpg.ch