Metaltec Valais/Wallis

Stefan Imhof

Assurer la relève de demain, un des enjeux de Metaltec

Créée en 1942, l’Association compte à ce jour 60 membres, issus des deux parties linguistiques du canton. La palette des entreprises affiliées est à l’image de l’évolution que vit la profession avec d’authentiques entreprises artisanales ou des industries occupant un personnel nombreux et spécialisé dans les techniques ultramodernes. Depuis 2017, l’Association a changé son nom en Metaltec Valais/Wallis. Bien Vivre a rencontré Stefan Imhof, président, pour nous parler des enjeux du secteur.

Quel est le travail quotidien de Metaltec ?

Depuis 1942, la profession de serrurier a considérablement changé. Certes, on travaille toujours le fer forgé – nous trouvons en Valais de vrais artistes en ce domaine – on pose encore des serrures et l’on construit des balustrades. Mais la menuiserie métallique (portes, fenêtres, etc.) et la grande construction métallique (charpentes, façades et jardins d’hiver) ont pris un essor prodigieux. Ceci explique que l’AVEM devenue, aujourd’hui, Metaltec, a toujours voué une attention très soutenue, efficace, à la formation et au perfectionnement professionnel. D’autre part, dans un domaine à forte concurrence affecté par l’intervention sur nos marchés d’entreprises venant d’autres cantons ou même de l’étranger, elle ne cesse de défendre les intérêts légitimes de ses membres contre toute concurrence déloyale. Mais il faut aussi relever que plusieurs maisons valaisannes ont, de leur côté, grâce à leur savoir-faire et à leur dynamisme, su s’imposer hors de nos frontières. Nous devons, également, être proches de la relève puisque des jeunes s’installent et créent leur propre société. Ils arrivent avec beaucoup de motivation et cela est important pour le futur. Metaltec est membre de l’AM Suisse, notre association faîtière. Elle a signé la première convention collective en 1952, depuis nombre d’autres ont été entérinées. Après des discussions avec les syndicats, une nouvelle convention a été conclue en janvier 2018, pour 5 ans. Le compromis est bon. Une demande d’extension de son utilisation aux entreprises non affiliées à Metaltec a été faite auprès du SECO (Secrétariat d’Etat à l’Economie).

Comment la filière se fait-elle connaître auprès des jeunes ?

Nous avons, depuis 2012, organisé ou participé à de nombreux événements puisque nous fêtions les 75 ans d’existence de notre Association. Autant avec les meilleurs apprentis de Suisse, toutes branches confondues, qu’avec des jeunes en difficulté, nous sommes allés au contact pour leur faire découvrir nos métiers. En 2014, nous avons investi dans un nouveau stand, pour les foires et autres, un financement important mais qui nous permet d’avoir un emplacement de taille et visible. En 2016, nous étions présents à Metalskills à Martigny et en 2017, hôte d’honneur de la foire du Valais pour clôturer nos 5 années intensives de terrain. Dernièrement, nous avons participé au salon « Your Challenge » à Martigny où tous les élèves du Valais viennent pour se donner des idées autour de leurs futurs métiers. C’est intéressant comme rencontre et surtout il en découle toujours un nombre plus important d’inscriptions pour les CFC dans les métiers que nous proposons : constructeur/trice métallique et dessinateur/trice-constructeur/trice sur métal. Ces formations se déroulent sur 4 ans et attirent de plus en plus de filles.

Qu’en est-il de la formation continue ?

Nous permettons aux affiliés d’envoyer des membres de leurs équipes, sur des durées courtes, pour se perfectionner dans de multiples domaines comme la sécurité, par exemple. Les cours sont organisés par la commission de perfectionnement située dans le Valais qui est composée de 10 personnes. Pour ceux qui souhaitent évoluer dans leurs métiers, il y a également des études beaucoup plus poussées pour amener à un diplôme ES ou HES. Dans notre domaine, la lutte contre la pénurie de main-d’œuvre est un objectif important. Pour ce faire, il est essentiel de fournir une offre de formation continue de qualité propre à la branche et cela de manière centralisée. C’est pourquoi notre association faîtière, AM Suisse fêtera le 23 juin 2018, les 50 ans de son centre de formation d’Aarberg et son agrandissement. C’est une infrastructure moderne pour toutes les branches de l’AM Suisse à savoir la construction métallique, la technique agricole et la maréchalerie. Cela permettra une formation plus efficace.

Quels sont les défis d’aujourd’hui et de demain ?

Comme l’ensemble des secteurs de la construction, nous sommes impactés par la LAT ou encore la Lex Weber avec la régulation du nombre de résidences secondaires. Concernant cette dernière, on ne sent pas encore vraiment ses effets en raison d’une réserve importante de constructions avec des projets lancés en masse avant 2015, mais cela ne va pas durer. Nous allons voir une diminution des masses salariales.

Metaltec Valais/Wallis

c/o Bureau des Métiers

Rue de la Dixence 20 • Case postale 141

CH-1951 Sion

Tél. +41 27 327 51 48 • Fax +41 27 327 51 80

info@metaltecvs.chwww.metaltec.ch