Nicolas Walder

Maire de Carouge

« Carouge est une ville ouverte, tolérante et généreuse »

Avec un centre-ville historique préservé, une offre culturelle attractive, de petits commerces et artisans et une zone industrielle dynamique, Carouge n’a rien d’une cité-dortoir. C’est aussi une ville qui bouge avec de nombreux projets en cours et à venir dont le très attendu quartier du PAV (Praille-Acacias-Vernets). Pour en savoir plus, Bien Vivre a rencontré Nicolas Walder, Conseiller administratif en charge notamment de l’aménagement, de l’environnement et de la mobilité, également Maire de la commune pour une année.

Qu’est-ce qui vous anime au quotidien dans votre fonction de Conseiller administratif de Carouge ?

Ce qui me passionne c’est de travailler dans l’intérêt de la population avec comme objectif le bien commun. Carouge est une ville ouverte, tolérante et généreuse. C’est une ville dans laquelle je me sens bien et que j’apprécie. Avec mes collègues du Conseil administratif nous nous entendons très bien et c’est un plaisir de collaborer avec eux et de relever ensemble les grands défis auxquels fait face notre commune.

Quel regard portez-vous sur Carouge ?

Carouge est vraiment une ville en soi avec un caractère particulier. C’est une cité à l’identité forte avec un centre-ville à haute valeur patrimoniale et une histoire bien spécifique. Contrairement à d’autres communes, notre ville s’est développée harmonieusement en maintenant un équilibre presque parfait entre logements et activités économiques comme l’illustrent ses 22 000 habitants et 25 000 emplois. Un dynamisme auquel s’ajoute une diversité culturelle incroyable avec la présence notamment d’une forte communauté italienne et portugaise. Une mixité également sociale grâce aux politiques de logements menées par la commune avec notamment la Fondation Immobilière qui regroupe plus de 10% des logements de la commune et qui offre des appartements à loyers modérés. De cette diversité découle un engagement très fort des citoyens dans la vie publique et associative locale, que ce soit dans le Vieux-Carouge ou au sein de quartiers plus récents.

Carouge se veut une ville proche de ses habitants. Qu’est-ce qui est mis en place par la municipalité ?

Nous essayons d’appliquer ce que l’on appelle une « démocratie participative ». Les services de l’administration entretiennent des liens étroits avec la population. Par ailleurs, mes collègues et moi cherchons à aller au-delà des seules élections pour savoir ce que pensent les citoyens en travaillant avec eux à la construction de la cité. Pour cela, nous restons très disponibles et organisons régulièrement des séances d’information et de concertation sur différents types d’objets et de projets qui touchent directement les carougeois-e-s. Parallèlement à cela, nous soutenons les habitant-e-s qui s’investissent dans des projets visant à rendre la ville vivante et accueillante.

Carouge est une ville en plein développement. Comment assurer le lien entre ses différents quartiers et le centre de la commune ?

Des réflexions sont menées bien en amont, dès la planification des projets. Nous favorisons par exemple la mise en place de cheminements piétons et cyclables afin d’assurer la perméabilité au sein et entre les quartiers. Nous travaillons actuellement sur des cheminements piétonniers depuis Pinchat et Drize sur le centre Il s’agit de promouvoir la mobilité douce mais aussi de maintenir une certaine centralité dans la commune en améliorant le lien avec le centre historique. La mise en place d’animations et le développement de certaines prestations sont aussi essentiels pour réunir les habitants et consolider le sentiment d’appartenance à la commune. Nous travaillons également sur la qualité de vie dans les quartiers comme par exemple sur le Quartier des Noirettes avec un assainissement du bruit pour favoriser la convivialité et le bien-être des habitants.

Quels sont les principaux grands projets actuellement en cours sur Carouge ?

Ils sont nombreux. Il y a la reconstruction du Théâtre de Carouge qui est en cours. L’ancien bâtiment a d’ores et déjà été démoli et la salle des fêtes à côté va être rénovée. Il y a aussi la requalification complète de la route de Veyrier et du carrefour de la Fontenette. Des centaines d’arbres et d’arbustes y prendront racine d’ici 2020 avec la création de pistes cyclables et de trottoirs élargis. A terme, le visage du quartier de la Fontenette sera complètement modifié. Visuellement et socialement. Autre gros projet en cours, l’agrandissement du Parking de Sardaigne. Une liaison par un prolongement souterrain entre ce dernier et le parking situé sous les tours de l’avenue Vibert permettra la création de quelque 220 places publiques supplémentaires. Concernant l’accès, les axes de circulation ont été complètement revus. Les voitures entreront et sortiront du parking sur le boulevard des Promenades ou sur l’avenue Vibert, ce qui réduira la circulation dans le Vieux Carouge. Enfin, nous lançons actuellement les études concernant le réaménagement du Rondeau de Carouge en lien avec la requalification du Chemin de Pinchat qui devrait être élargi pour contenir une voie de bus en site propre.

Carouge est également une ville qui s’illustre par sa culture. Pouvez-vous nous en dire plus sur l’offre locale ?

Nous sommes très fiers de notre offre culturelle riche et variée. Nous avons trois théâtres : le Théâtre de Carouge, le Théâtre l’Alchimic ainsi que LES AMIS, musiquethéâtre qui sont tous trois très populaires. Des lieux complémentaires, source de grande richesse pour la commune. Nous avons également la chance d’avoir notre propre musée qui propose des expositions variées d’une grande qualité. Sans oublier bien sûr les fameux Printemps Carougeois et Concerts d’Automne qui marquent désormais le calendrier culturel genevois. Autre spécificité de Carouge, la céramique avec le parcours céramique et la Fondation Bruckner qui offre une renommée internationale à notre ville. A Carouge, il existe encore un lien fort entre culture et artisanat grâce aux nombreux artisans et galeristes installés dans le centre historique notamment et qui organisent des visites et événements.

Pièce maîtresse du PAV, le quartier de l’Etoile avance. Quels changements concrets pour Carouge ?

Le projet PAV a franchi une étape décisive avec l’arrivée du premier plan localisé de quartier (PLQ) sur Carouge qui sera soumis au vote de la commune cet automne. Sur les quelques 12 000 nouveaux logements que comptera le PAV, Carouge en accueillera plus de 5000 avec la construction notamment de 6 tours dont 2 de grande hauteur dans le quartier de l’Etoile, ce qui représente au total selon nos prévisions près de 10 000 habitants supplémentaires pour la Commune. On y trouvera également des espaces commerciaux avec à la clé la création de nombreux nouveaux emplois. Une mixité essentielle pour redonner toute son attractivité à une zone aujourd’hui essentiellement industrielle, relativement peu accueillante et vivante pour les Carougeois. Le secteur de l’Etoile offrira une nouvelle centralité à Carouge avec notamment le développement du pôle financier et bancaire, l’arrivée du Palais de Justice et la création de nombreux logements. Il jouxtera un grand parc public, d’une surface de 60 et 80 000 m2 qui sera une véritable bouffée d’oxygène pour toute notre commune. C‘est un projet enthousiasmant qui avance bien même s’il faudra encore attendre au moins deux ans avant les premiers coups de pioche. Pour nous cela représente un gros défi car nous veillons à nous impliquer dans toutes les étapes afin de faire de ce grand projet une véritable opportunité pour Carouge.