SIA Valais

Gregorio Bonadio

 

Une situation qui laisse place à l’optimisme

Avec plus de 400 membres dans le Valais, la Société suisse des Ingénieurs et des Architectes (SIA) joue un rôle essentiel dans le paysage de la construction locale. Peu impactés par la pandémie, les chantiers en cours ont pu continuer à avancer et de nouveaux se profiler dans un futur proche. Loi cantonale sur l’énergie, action pour faire connaître le secteur aux plus jeunes, gestion du quotidien…pour nous parler de l’actualité de la SIA Section Valais, rencontre avec Gregorio Bonadio, son président.

En quelques mots, qu’est-ce que la SIA ?

La SIA est une société d’ingénieurs et architectes suisses qui a d’une part une entité nationale et d’autre part des sections cantonales ou régionales, 19 au total dont une dans le Valais. Elle a pour but de défendre les professions qu’elle représente ainsi que les intérêts de ses membres. La SIA Valais est composée de 3 groupes professionnels : les architectes (GPA), les ingénieurs en génie civil et du domaine techniques et industrie (GPGCT) et les ingénieurs en environnement (GPE). Ensuite, le comité de la section Valais est composé des présidents de chaque groupe et de quelques membres supplémentaires. Cette structure se retrouve d’ailleurs au niveau national. Les membres sont principalement des membres individuels mais il y a aussi des membres dits de bureau qui sont des entreprises, ces adhérents ont un certain nombre d’avantages financiers notamment sur l’achat de normes ou des réductions sur les coûts.

Comment votre secteur d’activité a-t-il vécu la pandémie ?

En collaboration avec constructionvalais, nous avons été particulièrement actifs durant la phase de la pandémie. Nous avons relayé à nos membres les informations qui nous arrivaient du Conseil d’Etat et avons également remonté, à ce dernier, l’état de la situation par rapport à ce qui nous venait du terrain. Si les choses ne se sont pas arrêtées, beaucoup ont dû faire face à des changements dans leur quotidien, des changements qui impactaient leurs chantiers. Comme il était important qu’ils gardent de bons contacts avec leurs clients, nous leur avons fourni, par exemple, des modèles de courriers pour les informer des retards ou autres aléas. Au final, l’économie de la construction ne se porte pas trop mal de plus de nombreux projets ont été lancés par les services des Maîtres d’ouvrage publics ce qui permet d’aborder le futur avec plus de sérénité. Par contre, la pandémie a bouleversé le quotidien de la SIA et une de ses missions principales qui consiste à mettre en lien ses membres. Aujourd’hui, nous reprenons les activités qui vont dans ce sens en organisant des rencontres ou encore des visites d’ouvrages afin de renouer cette proximité qui a été mise à mal durant quelques mois.

Est-ce que le bâtiment doit faire face à des problèmes actuellement ?

Si l’activité est là, elle est pourtant contrariée par un fait qu’elle ne connaissait pas jusqu’ici, le manque de matériaux. La reprise mondiale impacte violemment tous les secteurs et l’approvisionnement est vraiment compliqué. Ceci engendre des retards de livraison ou des augmentations souvent difficiles à assumer pour les entreprises. Pour cette raison, comme nous l’avons fait pour la pandémie, des courriers modèles ont été envoyés à nos membres pour qu’ils informent leurs clients. Ceci nous paraît nécessaire afin que le lien de confiance que les unit perdure et pour que, dans certains cas, un surcoût soit accepté par le mandant.

Qu’en est-il de la loi cantonale sur l’énergie ?

Le Gouvernement valaisan a pour ambition d’avoir une consommation d’énergie indigène et 100% renouvelable à horizon 2060 avec déjà nombre d’objectifs intermédiaires à atteindre d’ici à 2035. Pour ce faire, il doit se doter d’une nouvelle loi qui a été mise en consultation et pour laquelle la SIA a donné ses avis sur les mesures proposées et les obligations qui les encadrent. Nos premières discussions avec le service de l’énergie étaient globalement positives, nos objectifs étant alignés. Une des grandes phases de ce projet réside dans l’assainissement énergétique des bâtiments qui demande beaucoup de travail. En effet, à ce jour il représente 1% de l’activité par année, il faudrait qu’il triple. Ceci est de bon augure pour toutes les branches de la construction. Pour l’heure, l’idée est de laisser aux propriétaires le choix de ce qu’ils souhaitent faire réaliser comme travaux. Pour cela, ils sont incités par des aides financières venant du Canton ou de certaines communes ainsi que par des possibilités de déductions fiscales. Autre atout et argument indéniable, un bâtiment rénové coûte moins cher en énergie donc des économies sont également à la clé. Si tout va bien, la loi devrait être votée en 2022 et s’accompagner de nouveaux chantiers prometteurs pour nos membres.

Que mettez-vous en œuvre pour mieux faire connaître vos métiers ?

Si nous œuvrons auprès du grand public pour le sensibiliser à nos métiers et ce, sous différentes formes, nous voulons aujourd’hui cibler les plus jeunes. Pour ce faire, les différents bureaux romands de la SIA ont mis sur pied une exposition itinérante, sur le thème des dangers naturels, qui sera dans le Valais dans le courant de l’année prochaine. Evidemment, pour les intéresser et les interpeller, nous avons réfléchi à quelque chose de ludique, de marquant où chacun pourra interagir. Ainsi, les 9-12 ans pourront découvrir différentes maquettes représentant, par exemple, une coulée de lave torrentielle ou encore une autre dédiée au sismique avec les impacts qu’un tremblement de terre peut avoir sur un bâtiment. Evidemment, derrière cette exposition, l’ambition affichée est d’interpeller les enfants, les aider à s’intéresser à nos professions sous un angle novateur et pourquoi pas, susciter des vocations !

SIA Section Valais
Case postale 2314 • CH-1950 Sion
president@siavs.chwww.siavs.ch

Photo principale : © Silvaplus